Quelques petits mots de remerciements pour tous ceux qui ont oeuvré à la réussite de cette belle soirée d'amitié sans frontières qui a réuni plus de 300 personnes autour d'un repas, de spectacles d'un film et d'un concert.

 

Nos pensées vont tout d'abord aux réfugiés, familles et jeunes adultes: vos sourires ont fait disparaître avec une facilité déconcertante toutes les frontières culturelles ou linguistiques qui semblaient devoir compliquer nos premiers contacts. Un merci particulier aux familles qui ont préparé ou aidé à la préparation des Kebbe, Pulao et autres spécialités culinaires de leur pays. Sans oublier évidemment le groupe des 11 réfugiés qui se sont investis corps et âmes dans les ateliers de création artistique avec les jeunes venus de toute l'Europe. Leurs performances de danse resteront de grands moments d'émotion partagée.

 

Merci ensuite à toutes celles et ceux qui ont filé un coup de main avant (même bien avant) pendant et après la soirée: tous les accompagnateurs qui ont assuré le co-voiturage ou prêté des véhicules (et qui continuent de le faire) des jeunes de Champagnac jusqu'à Condat et retour, ceux qui ont aidé à l'installation et à la décoration de l'espace extérieur, l'équipe qui a besogné dur pour nous préparer à manger et à faire tourner le méchoui. les animateurs du bar, du service, le gang des nettoyeurs, et toutes les personnes qui se sont dépensées pour tenter de compenser nos lacunes organisationnelles, on en oublie encore mais le coeur y est.

 

Enfin on ne peut oublier, le soutien sans failles apporté par le Maire de Champagnac et son équipe municipale (merci aux services techniques, administration, et cuisines). Sans votre aide, on y serait tout simplement pas arrivés. Il y a évidemment eu des ratés (un peu plus de lumière dans le noir, ça n'aurait pas fait de mal) et des embouteillages pendant la soirée mais on apprend vite et on espère donc que ces petites erreurs seront surmontées à l'avenir.

 

A très bientôt pour de nouvelles aventures: la rentrée s'annonce chargée, on espère ouvrir officiellement La Pierre Noire d'ici octobre: spectacles, animations, soutien scolaire, cours de français, logistique, on aura toujours besoin de vous et de votre soutien pour que la dynamique culturelle prenne tout son sens.

 

Amicalement

 

 

La Pierre Noire

Bonjour à toutes et à tous,

 

dans le cadre du soutien aux réfugiés du CAO de Champagnac, nous lançons un appel à bénévoles urgent pour nous aider dans plusieurs domaines où nous manquons de monde dans cette période estivale. :

 

 

  • Les cours de français vont se mettre en place très prochainement en partenariat avec le Secours Populaire. Dans ce cadre nous recherchons toujours des personnes avec formation et/ou expérience en alphabétisation ou en enseignement FLE et français pour renforcer nos équipes.

  • En partenariat avec Euroculture en pays Gentiane, 11 réfugiés vont participer à des ateliers d'échange et de création artistique avec une soixantaine de jeunes d'une dizaines de pays européens, encadrés par des artistes venus du monde entier. Une restitution des ateliers aura lieu le 4 août à Condat ainsi que le 5 août à La Pierre Noire en première partie du Concert des Ejectés lors de la fête de l'amitié sans frontières. Nous avons besoin de chauffeurs avec véhicules pour accompagner les réfugiés de Champagnac à Condat pour toute la durée de ateliers (28 juillet-3 août). Les personnes intéressées peuvent assister aux ateliers, le repas de midi et du soir sera fourni par les organisateurs.

  • Certains réfugiés n'assistant pas aux ateliers ont été invités à participer aux préparatifs de la fête du 5 août en préparant des spécialités culinaires de leur pays d'origine. Si des gens sont disponibles pour aider aux courses et préparatifs en tous genres qui auront lieu le 5 août et la veille, cela nous sera également d'un précieux secours.

 

 

 

Compte tenu des délais très courts, merci de faire circuler largement cette info et de nous contacter très rapidement par mail ou téléphone pour la mise en place de ces activités.

 

Merci d'avance et à très vite

 

Dimanche 29 janvier 2017


Résistance.

A la bêtise, la barbarie et la haine.


C'est par ces quelques mots que nous vous invitons à célébrer la vie et la culture du beau au travers d'une double exposition singulière et d'un concert qui va décoiffer. Ce vendredi 27 novembre Angl'Arts vous propose de découvrir (ou de revoir pour ceux qui ont déjà eu la chance de les croiser) des artistes habités, insoumis et authentiquement radicaux dont la poésie primitive dévoile la richesse d'un univers intérieur peuplé de sorciers bienveillants. Une soirée pour ré-enchanter le monde face à tous ces faux prophètes du désespoir.


Comme d'habitude, ça commence à 18h avec le vernissage... le concert vers 19h.

Prix libres et restauration sur place.


On ne présente plus Franck Morvan. Les plus téméraires s'y sont cassé les dents et mangent désormais avec une paille. Le problème avec Franck c'est que nous ne vivons pas sur la même planète ou dans le même espace temps. Il faut avoir tenté de le localiser et d'obtenir de lui un rendez-vous ferme pour comprendre que cet homme est un vivant déni aux technologies les plus avancées, GPS et satellites géostationnaires.

Peu de traces non plus sur le web en termes de biographie et d'itinéraire personnel, sans parler de commentaires ou d'études critiques à propos d'une oeuvre pourtant originale et inspirée, aussi dispersée qu'abondante. 'M' le MORVAN pourrait aussi bien être tombé de la lune. Et c'est probablement le cas...

L'onde de choc de son atterrissage comme le souffle irradiant de son travail ne pouvaient cependant manquer d'affoler les sismographes et les compteurs Geiger sensitifs des amateurs lorsque débarquèrent sur la planète toute une armée de personnages sculptés, créatures composites (bois, métal, pierre, verre, plume...) ou dessinées en silhouettes de fanzine fauves, répétitives, superposées,  sous le crayon de soleil noir.

 De Franck MORVAN, poète déglingue de la matière, artiste brut, primitif d'avant les primitifs, beatnik, punk, existentialiste, chasseur d'ombre, Klimt post moderne retour d'acide, apache des grottes de la squaw, il faut retenir la résonance rupestre comme fondatrice. 



SERGE DON MARINO

Pour ceux qui ont l'habitude de fréquenter nos « verni-concerts », pas besoin de présenter le barbu rouge qui mitraille avec élégance les choses et les gens qui croisent ses objectifs. Ca tombe bien d'ailleurs, puisque cet artiste du cliché qui fuit le cliché n'aime rien tant que de se faufiler dans l'ombre des salles de spectacles et autres lieux de perdition musicale pour tirer le portrait des rêveurs et des ambiances survoltées. Mais les musiciens, les artistes et les hommes/femmes de toute obédience politique (avec un peu de parti pris tout de même) ne sont pas les seuls à bénéficier des faveurs optiques du voyeur non-voyant. L'arche de Noé de ses amitiés animales le pousse également à orienter son viseur pacifique sur des sujets moins loquaces mais tout aussi parlants : les 13 photographies que nous présentons ici, extraites de son extraordinaire série sur un centre de dressage de chevaux de trait, en sont un témoignage particulièrement éloquent.